Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Simpl'etsens.over-blog.com

Articles avec #il faut savoir tag

Du coup,

28 Août 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Il faut savoir

Synchronicité...

Synchronicité...

Du coup, synchronicité ou pas, Alternative-Santé publie un article sur le charbon actif.

Dans le filtre Berkey, le filtre est: charbon, argent et céramique.

Donc, je vous partage cet article rédigé le 25 février 2014 à 18h10 par Alexandre Imbert.

Article paru dans le journal nº 1 
Du coup,

Le charbon végétal activé : indispensable à la maison

N'est-il pas consternant de constater qu'à notre époque où le problème crucial de la santé publique est l'intoxication, l'incroyable efficacité du charbon actif végétal et son mode d'utilisation, médicalement connus depuis plus d'un siècle, ne fasse l'objet d'aucune information dans le domaine public, ni au niveau du cabinet médical ?

L'histoire du charbon végétal commence 1813. Un certain Bertrand, chimiste français, fait une démonstration publique. Il tient une fiole qui contient 5 g de trioxyde d'arsenic (1 cuillère à thé comble), de quoi tuer 150 hommes. Il lève le bras et porte le breuvage aux lèvres. Dans quelques minutes, il devrait ressentir les effets inexorables de cette drogue : nausée, vomissement, diarrhée, brûlure intense de la bouche et de la gorge, crampes atroces dans le ventre, déshydratation rapide et mort. Devant les yeux médusés et horrifiés de la foule, Bertrand vaque pourtant tranquillement à ses affaires et ne présente aucun trouble. `

En 1831, un pharmacien de Montpellier nommé Touéry, effectue le même tour mais, cette fois, devant l'Académie française de médecine. Il avale 1 g de strychnine (10 fois la dose mortelle). Ce poison foudroie un homme en 10 minutes dans des convulsions incontrôlables et un arrêt respiratoire au milieu d'un rire nerveux effrayant, dont le spectacle ne s'oublie jamais. Pourtant, Touéry reste calme et détendu et n'a aucun trouble, à la stupéfaction totale des professeurs.

Le secret ? Bertrand et Touéry avaient tous deux étudié l'action du charbon végétal sur les poisons, en particulier avec des rats ? et tous deux ont voulu démontrer qu'ils avaient découvert l'antidote universel. Ce qui a pu être vérifié par la suite.

En ce qui concerne Touéry, celui-ci a rapporté qu'il avait préalablement enrobé la strychnine dans 15 g de poudre fine de charbon végétal. Il continua ses travaux de recherche jusqu'en 1940. Patience et longueur de temps... et ce n'est qu'en 1984 (plus de 150 ans après l'expérience de Bertrand !) que le JAMA (Journal of the American Medical Association) publia deux articles sur l'usage du charbon activé contre l'empoisonnement à la théophylline (broncho-dilatateur) et au phénobarbital.

Un déferlement de confirmations à travers l'histoire

  • Le papyrus d'Ebers 1550 avant J.-C. mentionne déjà la poudre de charbon.
  • Hippocrate (400 avant J.-C.) et Pline (50 avant J.-C.) recommandent le charbon de bois dans le traitement de l'épilepsie, du vertige, de la chlorose et de la « maladie du charbon » contractée par les tanneurs.
  • En 1793, D.M. Kehls conseille dans son mémoire l'usage du charbon pour éliminer les odeurs de la gangrène, purifier l'haleine, les fièvres putrides et tous les états bilieux.
  • En 1846, Garrod publie, en Angleterre, un rapport sur la neutralisation, par le charbon, de l'opium, de la morphine, de  la ciguë, des sels de plomb....
  • En 1862, Stenhouse est le précurseur des masques à gaz (au charbon) qui furent utilisés pendant la guerre 14-18.
  • En 1865, Hunter découvre les performances du charbon de noix de coco pour absorber les gaz.
  • De nos jours, l'utilisation des filtres à charbon est désormais courante dans toutes les filières industrielles qui manipulent des produits toxiques. En milieu hospitalier, les salles d'opération sont assainies par des filtres à charbon pour neutraliser les gaz anesthésiques (halothane, éther, cyclopropane, métoxyflurane, propanidide, protoxyde d'azote). Les produits d'assainissement de l'eau : chlore, ozone, bioxyde de chlore, permanganate... tous toxiques, peuvent être éliminés facilement par des filtres à charbon.
Charbon pour gourdes

Charbon pour gourdes

Même les scientifiques n'ont aucun doute sur le charbon végétal

Aujourd'hui, on possède les preuves scientifiques que le charbon actif a la capacité d'absorber la majorité des poisons et toxines bactériennes dans l'intestin. Les articles scientifiques à ce sujet sont extrêmement nombreux (1, 2).

Le charbon est probablement l'agent de décontamination le plus simple, le plus valable et le moins cher que nous connaissions. Mais le public et les malades, et même beaucoup de médecins, ne le savent pas. Pourtant, on en trouve en pharmacie en pilules (je ne vous conseille pourtant pas d'en acheter là... trop cher), et souvent sucré (le charbon de Belloc). Il y en a aussi dans beaucoup de boutiques bio ou, plus simple encore, procurez-vous en sur internet (voir carnet d'adresse). Mais le remède reste encore mal connu.

Meule de charbon de bois

Meule de charbon de bois

Comment le fabrique-t-on ?

Pour être au maximum de ses possibilités, le charbon actif végétal est obtenu en deux étapes :

La carbonisation : On calcine du bois en le chauffant à une température variant entre 600 et 900° en l'absence d'air.

L'activation : Le bois est recalciné aux mêmes températures, mais cette fois, en présence de vapeur d'eau, d'air ou de gaz oxydants. Ceci permet le développement d'un réseau de micropores qui seront de véritables pièges à molécules indésirables. L'extrudation de la poussière de charbon développe une surface de contact phénoménale : 1 cm3 de charbon pulvérisé présente une surface totale de 1 km2 et 500 g de charbon contiennent 50 000 millions de pores.

Ceci explique ses performances : il peut absorber 97 fois son volume de gaz carbonique, 165 fois son volume d'anhydride sulfureux et 178 fois son volume d'ammoniac...

Métaux lourds

Métaux lourds

Dans l'intestin, une pompe à poisons

Le charbon végétal activé est aussi efficace pour le mercure, le plomb, les insecticides, les herbicides, les hormones et même certaines substances radioactives. Depuis 15 ans, on utilise le charbon activé pour désintoxiquer des prises excessives d'analgésiques comme le paracétamol, des fébrifuges, des antidépresseurs tricycliques, des glucosides cardiotoniques, des solvants organiques, de la plupart des médicaments à effets iatrogènes et des produits chimiques.

L'intestin étant une paroi poreuse, il s'y effectue un travail de dialyse par le principe de l'osmose. Ceci veut dire qu'il se produit un équilibre entre les concentrations de produits solubilisés de part et d'autre de la paroi. Donc, si l'intestin est encombré, les réseaux lymphatiques ne peuvent dégorger dans celui-ci. Le charbon, en libérant l'intestin, active la désintoxication de la lymphe et du sang par le biais du pompage osmotique. La liste est longue des poisons ou produits pris par voie orale dont l'absorption est grandement limitée par le charbon activé si il est pris peu de temps après :

  • Des stupéfiants,
  • Des médicaments dangereux,
  • Des alcaloïdes,
  • Des additifs alimentaires,
  • Des produits chimiques agricoles,
  • Des métaux lourds,
  • Des détergents,
  • Des solvants organiques,
  • Certaines toxines bactériennes présentes dans intestins au moment d'épisodes infectieux (e.g celles d'Escherichia coli)
  • Des amines toxiques de décomposition.
  • L'histamine du thon,
  • Des mycotoxines que l'on trouve dans les aliments
  • Les redoutables aflatoxines.

Toutefois, à noter, le pouvoir absorbant du charbon ne fonctionne pas avec les produits dérivés du pétrole, le fer et le lithium, ou les alcools. Il n'est pas non plus à employer en cas d'ingestion de produits corrosifs.

Comment utiliser le charbon actif

Lorsque vous sentez arriver les premiers signes d'une intoxication alimentaire ou d'une gastro-entérite, la prise de charbon actif rapide peu arrêter net l'intoxication. En cas d'intoxication sévère (produit chimique, médicament, etc.), il faut par contre toujours en premier lieu appeler les urgences ou un centre anti-poison qui vous guideront dans les démarches à suivre. Toutefois, si l'intoxication en question s'y prête, avoir du charbon actif sous la main pourrait vous faire gagner un temps précieux ou vous éviter un lavage d'estomac.

La dose préconisée est de 50 g pour un adulte, de 1g/kg pour un enfant. Mélanger à de l'eau froide. Cela n'a aucun goût. Répéter les prises de 20 à 50 g de charbon activé toutes les 4 à 6 heures pendant 1 ou 2 jours selon la sévérité de l'intoxication. La quantité théorique du charbon activé doit être au minimum égale à 8 fois le poids de toxique ingéré. La marge de 10 fois est souhaitable. Toutefois, dans les intoxications suicidaires, et chez les sujets comateux, la quantité du toxique est impossible à connaître. On administre alors entre 100 et 120 g de charbon d'office. À savoir qu'une cuillère à soupe contient en moyenne 5 g de charbon.Il est très important de boire beaucoup d'eau pour éviter la constipation et afin de ne pas se déshydrater ; car la prise de charbon peut masquer la perte liquidienne réelle et parfois importante dans l'intestin en cas de diarrhée.

Pour une cure de drainage

Les posologies sont évidemment modulables en fonction de chaque cas. En moyenne, on peut opter pour le protocole de 2 cuillères à soupe aux 3 repas pendant 15 jours pour un adulte (soit 30 g par jour), puis continuer à raison de 3 cuillères à soupe par jour pendant le mois qui suit si l'on veut obtenir un drainage cellulaire profond. Pour un enfant, remplacer les cuillères à soupe par des cuillères à café, et s'en tenir à 15 jours en tout pour des cas courants. Petit truc pour ne pas avoir les dents noires : boire l'eau charbonnée avec une paille.

Du coup,

Y a-t-il des inconvénients à un usage prolongé du charbon ?

De multiples expérimentations ont été réalisées sur des rats, des moutons, et autres pour voir si le charbon absorbait les nutriments et provoquait des carences à la longue. Leur sang conservait toujours le taux adéquat de calcium, cuivre, zinc, fer, magnésium, phosphore, vitamines... et le pH de l'urine reste constant.

Par contre, il arrive que le charbon ait un effet constipant sur certaines personnes. On adjoint alors des prises de sorbitol. Il faut savoir aussi que le charbon inhibe les contraceptifs oraux et l'action de nombreux médicaments. Il faut donc le prendre plusieurs heures après avoir absorbé une autre substance chimique.

Par exemple : si vous prenez la pilule ou un médicament le matin, prenez le charbon à l'heure du déjeuner. Par prudence, à éviter aussi pendant la grossesse et chez les enfants en bas âge. 

Du coup,

Quelques inepties commerciales

C'est à croire que l'on invente tout pour saboter ce précieux remède : pendant des années j'ai préconisé le charbon du Dr Belloc vendu en pharmacie. Et puis un jour j'ai appris qu'on le sucrait à l'aspartame. Mauvais point.

Sont vendues aussi en pharmacie des gélules de charbon mélangé à de l'argile fine, prétendant que l'on additionne ainsi les propriétés adsorbantes des deux produits. Il suffit de les avoir essayées pour constater leur consternante inefficacité... ce qui est logique car l'argile fine colmatant les micropores du charbon neutralise son action, et se trouve elle-même bloquée. Stupidité ou malveillance ?

On trouve aussi du charbon activé en gélules ? Eh oui, les gélules sont à la mode, parce que pratique ! Et pourtant c'est une bien mauvaise affaire pour trois raisons :

1 - les quantités de produit en jeu sont minimes et très insuffisantes

2 - le prix au kilo de produit est multiplié par X (peut-être par 10 ou plus)

3 - Il existe deux sortes de gélules : classiques à la gélatine de peau de cochon, soit à la gélatine d'origine végétale dont les traitements chimiques durs attaquent l'estomac ? Alors, c'est vous qui voyez ! (sic. Laspales)

Mon conseil : acheter du charbon actif végétal en poudre, c'est la solution la plus économique et la plus efficace. En général, ceux qui en prennent le mélangent à un yaourt au soja. Cela fait un yaourt noir - et il faut surmonter son appréhension - mais cela passe très bien, cela n'ajoute aucun goût. Seule la texture est différente (un peu épaisse) mais on s'en accommode fort bien.

Carnet d'adresse :

PS : On peut se procurer ce produit dans un grand nombre de boutiques bio ou sur Internet. Faites cependant attention aux dénominations : Prenez plutôt du super activé et du "2000" plutôt que du "1000" qui indique la surface d'absorption du charbon par gramme de poudre (2 000 mètres carrés/gramme pour du "2000")

 

Carnet d'adresse :

Charbon actif 2000 végétal en poudre

Charbon actif 2000 végétal gélules

Références :

(1) "Activated Charcoal—Past, Present and Future"
(2) "Activated charcoal for acute overdose: a reappraisal"

(3) "Adsorption effect of activated charcoal on enterohemorrhagic Escherichia coli"

 

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Lire la suite

Bouger, c'est bon pour la santé, mais... (2)

11 Juillet 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Il faut savoir

La production de dopamine augmente dans le tronc cérébral. Ce neurotransmetteur joue un rôle essentiel dans le système de récompense, ce qui explique pourquoi bouger donne envie de... bouger davantage ! Il n'y a qu'à regarder le sentiment d'extase de la sportive. À ce stade, elle pourrait courir pendant des heures.

La production de dopamine augmente dans le tronc cérébral. Ce neurotransmetteur joue un rôle essentiel dans le système de récompense, ce qui explique pourquoi bouger donne envie de... bouger davantage ! Il n'y a qu'à regarder le sentiment d'extase de la sportive. À ce stade, elle pourrait courir pendant des heures.

Bouger, c’est bon pour la santé, mais pas seulement pour celle du corps !

 

Notre cerveau en profite grandement.

 

Au point que l’activité physique a des effets protecteurs, voire thérapeutiques.

 

Déconnexion

Faire du sport permet de déconnecter, met de bonne humeur.

L’activité de l’avant de votre cerveau, le cortex préfrontal, baisse.

Les pensées compliquées, les rancœurs ou les soucis passent à l’arrière-plan.

Toutes vos ressources nerveuses sont utilisées pour le fonctionnement de régions situées plus à l’arrière du cerveau, nécessaires à la perception des différentes parties du corps, à la planification et à l’exécution des mouvements.

 

Sentiment de bien-être

La production de dopamine augmente dans le tronc cérébral. Ce neurotransmetteur joue un rôle essentiel dans le système de récompense, ce qui explique pourquoi bouger donne envie de... bouger davantage !

 

Autre bénéfice :

Davantage de tryptophane (acide aminé essentiel) est libéré dans le cerveau, et ce composé sert à la fabrication de sérotonine, laquelle joue un rôle important dans les structures cérébrales qui traitent nos émotions.

De nombreux antidépresseurs agissent en augmentant la quantité de sérotonine disponible dans les synapses de notre cerveau.

 

Réduction du stress

Le niveau de cortisol associé au stress chute.

Des quantités trop importantes de cette hormone dans le sang détérioreraient nos capacités à poursuivre des buts ainsi que le rappel des souvenirs.

À long terme, elles détruisent aussi des neurones dans les zones clés de la mémoire.

 

Donc...

 

Lire la suite

Le sport, c'est bon pour la santé, mais... (1)

9 Juillet 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Il faut savoir

Merci à Wikipedia pour l'image d'Aristote

Merci à Wikipedia pour l'image d'Aristote

Comme je l'ai expliqué samedi, lors de la sortie botanique,

 

Le sport, c'est bon pour la santé, mais pas que pour celle du corps.

 

Et, c'est à cette occasion que j'ai évoqué Aristote

 

Aristote était un philosophe grec, né en - 384 avant JC.

Son école, était dite école péripatéticienne (du grec « peripatein qui veut dire = promener). Il donnait ses leçons aux élèves du lycée à Athènes tout en marchant.

 

Avec du recul, on dit que Aristote a effectivement utilisé une technique améliorant l'efficacité de son enseignement sur l'esprit de ses disciples.

 

Un groupe de chercheurs en neurosciences de l'Ucla (University of California, Los Angeles) a fait une découverte inattendue.

En étudiant les rythmes cérébraux des souris, liés à la mémorisation, l'orientation spatiale et plus généralement l'attention dans les processus d'apprentissage au niveau de l'hippocampe (région du cerveau).

Suggère que ces processus (mémorisation, attention, orientation spatiale), sont amplifiés lors d'un exercice physique comme la marche ou la course.

 

Pour aller plus loin, lien ci-dessous

Lire la suite

Glycation des protéines

24 Mai 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Il faut savoir

Humus de Dominique Labonde. http://fredericlabonde.com/fr/humus/

Humus de Dominique Labonde. http://fredericlabonde.com/fr/humus/

J'ai un peu de retard dans les explications des différents termes de l'article "on le savait déjà".

Je reprends aujourd'hui avec la glycation des protéines.

Je pourrais vous livrer mon cours, mais je trouve que l'article d'Alternative santé est tout à fait compréhensible.

Découvrez-le ci-dessous.

Quand on évoque les causes du vieillissement et de l'usure de nos organismes on pense aussitôt aux radicaux libres et à l'oxydation ou bien au déclin hormonal.

Mais peu de gens connaissent le phénomène de glycation qui est pourtant un des mécanismes fondamentaux du vieillissement et peut avoir des conséquences au moins aussi importantes sur la santé.

Ce phénomène est naturel et un organisme sain sait en général le gérer, mais il peut s'emballer lorsque l'on consomme, par exemple, trop de sucres, trop de produits chauffés à haute température ou lorsque l'on souffre de stress.

La glycation est une sorte de « caramélisation spontanée » des protéines organiques.

Elle n'est ni programmée ni voulue par l’organisme et se produit simplement du fait de la mise en présence de sucres et des protéines sanguines et cellulaires.

Découvert en 1911 par Louis-Camille Maillard, ce phénomène physico-chimique agit aussi bien à l’extérieur de l’organisme qu'au cœur de nos cellules. Par exemple, cette réaction est à l’origine du brunissement des aliments lorsqu'ils sont cuits à hautes températures. Cependant, seuls 10 % environ des produits glyqués se retrouvant dans la circulation sanguine proviennent de l’alimentation (aliments subissant une cuisson à feu vif : four, barbecue, fritures…). Le reste est fabriqué dans l’organisme.
Ces produits glyqués obtenus sont des composés brunis qui ressemblent à de l’humus, et sont de composition très voisine.

Ce simple fait permet d’appréhender la gravité d’une telle réaction au cœur du vivant !

Glycation des protéines

C'est à la troisième étape que ça devient grave

La réaction de glycation se déroule en 3 étapes, menant au fil du temps à des composés de plus en plus complexes et dangereux pour la santé.

  • Etape 1 (au bout de quelques heures) :
    Les acides aminés + le glucose se transforment en protéines glyquées
  • Etape 2 (au bout de quelques jours) :
    Les protéines glyquées se transforment en produits d'Amadori
  • Etape 3 (au bout de quelques semaines) :
    Les produits d'Amadori se transforment en AGE (Advanced Glycation End Products)

L’installation des 2 premiers stades (protéines glyquées ou « bases de Schiff » puis « produits d’Amadori ») dépend du taux de sucre environnant et varie de quelques heures à quelques jours. Ces deux stades sont réversibles.

Le dernier stade (création de produits terminaux de glycation, les AGE, à partir des produits d’Amadori) est irréversible et progresse quelle que soit la glycémie. Cette réaction se produit en quelques semaines seulement.

Les dégâts dans l’organisme

Les produits glyqués se retrouvent dans le sang, à la surface cellulaire et dans la cellule. Ils peuvent même traverser la barrière placentaire.

Ils accélèrent le vieillissement et la dysfonction de tous les organes en modifiant la structure de certains sites cellulaires, au point qu’il existe une relation frappante entre les complications dues au diabète et les changements négatifs de santé dus au vieillissement.

Les produits glyqués génèrent un stress oxydatif majeur et auto-entretenu (autocréation d’un fort taux de radicaux libres).

Ils présentent des propriétés mutagènes et cancérigènes, facilitent l’installation de maladies inflammatoires (polyarthrite par ex), sont impliqués dans les maladies des yeux (cataracte, rétinopathies..), du cœur et des vaisseaux, des reins….

Particulièrement, ils contribuent à la dégénérescence des neurones (Parkinson, Sclérose Latérale Amyotrophique…), au point que la maladie d’Alzheimer, par exemple, est considérée comme un véritable « diabète de type 3 ».

Prévention et traitement de la glycation

Vu la gravité des symptômes générés par la glycation, le taux de protéines glyquées est surveillé de très près chez les personnes à risque, les diabétiques par exemple. Il consiste principalement à doser une protéine sanguine particulière, l’hémoglobine glyquée HbA1c, qui correspond au stade 2 de la réaction de glycation. Chez les diabétiques par exemple, le taux maximal d’équilibre varie de 6 à 7,5 % (normes de santé : 4 à 6 %).

Mais chez les personnes qui ne souffrent pas de pathologies considérées "à risque" ne sont, en général, pas du tout surveillées.

La capacité de nuire des produits glyqués se retrouve surtout lorsqu'on arrive au stade des AGE, stade terminal et irréversible des produits glyqués. L'important est donc d'éviter d'en arriver à ce stade ou de ne pas l'amplifier si l'on a déjà dépassé le stade des AGE.

Ce sont donc des techniques de prévention/ralentissement du processus toxique qui seront étudiées en première intention et qui seront les aussi les plus efficaces.

En priorité, l’alimentation et le style de vie : régime limitant les sucres sanguins après le repas (aliments à indice glycémique bas), adoption de modes de cuisson douce, mode de vie équilibré (activité physique modérée, gestion du stress…).

Dans la pharmacopée chimique, certains médicaments comme des agents antioxydants ou des agents antidiabétiques (metformine, aminoguanine…) ont été testés, mais tous présentent de nombreux effets secondaires.

D’autres solutions existent dans la pharmacopée naturelle : extraits de plantes, mixtures, micronutriments… utilisés de manière traditionnelle dans la lutte contre les pathologies dégénératives et leurs conséquences. Connues depuis parfois des millénaires, leurs conditions d’utilisation limitent les possibles effets indésirables.

Glycation des protéines

La liste des remèdes naturels est longue !

Certaines plantes ont la capacité de maintenir la sensibilité à l’insuline. Il s'agit de :

  • la cannelle,
  • le Banaba,
  • le Yacon
  • le Gymnema sylvestris (produit ayurvédique).

Il est également essentiel de fournir à l’organisme les éléments minéraux impliqués dans le processus de contrôle de la glycémie comme par exemple

  • chrome
  • zinc
  • cuivre

D’autres végétaux ou extraits végétaux, connues pour leurs capacités anti-inflammatoires et anti-oxydantes, limitent les premières étapes de la glycation. Ils sont bien connus et référencés :

  • thé vert,
  • vigne rouge,
  • maté,
  • raisins,
  • feuilles de goyave et de noyer,
  • alliacées (ail, oignons, poireaux),
  • calendula,
  • cannelle (en plus de l’activité biologique citée précedemment),
  • curcuma,
  • girofle,
  • romarin,
  • thym….

Certains micronutriments ont également un impact favorable à la fois sur la santé et sur la limitation de la glycation :

  • la pyridoxamine (vitamine B6)
  • les polyphénols (particulièrement le resvératrol),
  • la carnosine,
  • l’acide R-a-lipoïque
  • les flavonoïdes...

D’autres ont une action plus directe sur la création des AGE :

  • le longanin (extrait du vomiquier),
  • le sulforaphane (extrait des choux),
  • l’acide asiatique (pour la jeunesse de la peau – extrait de Centella asiatica),
  • le ginseng indien (Ashwaganda) ou le Qifu-Yin chinois (les deux étant traditionnellement utilisés pour la prévention de l’Alzheimer)…
Glycation des protéines

En aucun cas les informations et conseils proposés sur ce blog ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.

Lire la suite

Résistance à l'insuline?

10 Mai 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Il faut savoir

Résistance à l'insuline?

L'insulinorésistance,

Mais qu'est-ce que c'est?

La principale anomalie du DNID, (Diabète Non Insulino Dépendant) est un phénomène appelé insulinorésistance.

Sous l'effet d'une alimentation pauvre en fibres et en graisses insaturées et excessivement riche en aliments à index glycémiques élevés (céréales raffinées, pâtisseries industrielles, produits enrichis en "sirop de maïs", de la sédentarité et du stress chronique) la liaison de l'insuline à ses récepteurs spécifiques (surtout ceux des muscles, du foie et des tissus adipeux) perd de son efficacité.

Pour faire plus simple, l'insuline ne trouve plus la clé pour faire entre le sucre dans les cellules, il reste dans la circulation sanguine.

De plus, cette hormone (l'insuline), n'est plus capable de moduler la synthèse du glucose par le foie qui se met à produire de trop grandes quantités alors même que les apports alimentaires sont suffisants.

Il en résulte une hyperinsulinémie compensatoire qui est à l'origine de nombreuses pathologies comme les maladies cardiovasculaires ou l'obésité.

Lire la suite

Le syndrome métabolique?

9 Mai 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Il faut savoir

Le syndrome métabolique?

Le syndrome métabolique?

Mais qu'est-ce que c'est?

Nous nous intéresserons aux différents termes, par ordre de leur apparition dans le texte de l'article sur les jus de fruits rouges.

Aujourd'hui, le syndrome métabolique.

Le syndrome métabolique n'est pas une maladie mais un tableau regroupant un ensemble de signes physiologiques qui augmentent le risque de maladies cardiovasculaires (infarctus, AVC) et de diabète de type II.

C'est l'association de l'hypertension, de l'hyperglycémie et de la goutte, c'est comme cela qu'il a été décrit pour la 1ère fois en 1920. 

Depuis 1988 il y a syndrome métabolique lorsque l'obésité abdominale est accompagnée de 2 autres facteurs de risque:

- Obésité abdominale > circonférence de la taille (en Europe): 80cm chez la femme et 94cm chez les hommes.

- Taux élevé de triglycérides sanguins > ou = à 1,7 mmol/l.

- Faible taux de HDL-cholestérol < 1,03 mmol/l chez l'homme et < à 1,29 mmol/l chez la femme.

- Hypertension > à 130/84mm Hg

- Glycémie à jeun élevée > ou = à 5,6 mmol/l.

Le syndrome métabolique?

Le syndrome métabolique est, aujourd'hui, tellement répandu qu'il touche environ 1 personne sur 4 dans les pays industrialisés. Sa fréquence croissante est due principalement à la généralisation du surpoids et de l'obésité, y compris chez les enfants et les adolescents.

il faut savoir:

- Le syndrome métabolique est aussi associé à une augmentation des hormones du stress.

- Il s'accompagne d'une augmentation de l'épaisseur de la tunique intérieure des parois vasculaires ce qui diminue leur souplesse.

- Il entretient l'inflammation chronique sous l'effet d'ypersécrétions de différentes natures produites par le tissu adipeux.

Le syndrome métabolique?

La prévention ou la correction d'un syndrome métabolique est largement accessible à tous:

- Changement radical des habitudes de vie intégrant la pratique quotidienne d'un exercice physique (30mn/jour minimum) qui permet une meilleur utilisation du glucose par les muscles et la réduction de la masse grasse intra-abdominale qui est la plus dangereuse pour la santé.

- Adoption d'un régime équilibré qui peut réduire tous les facteurs de risque:

    * Réduction importante de tous les aliments à index glycémique élevé.

    * Réduction de la densité calorique pour privilégier la densité nutritionnelle.

    * Élimination des graisses industrielles.

    * Augmentation des acides gras oméga 3 et oméga 9.

    * Recours raisonné aux compléments alimentaires et plantes médicinales.

À suivre...

Lire la suite

On le savait déjà...

7 Mai 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Il faut savoir

On le savait déjà...

Cognition : les résultats d’une cure de jus de fruits rouges...

Certaines molécules contenues dans les fruits rouges sont étonnement bénéfiques sur la santé. C’est le cas des polyphénols, reconnus notamment comme antioxydants, anti-inflammatoires, protecteurs cardio-vasculaires et neurologiques. Une récente étude met en avant la rapidité de leur action.

Trois verres de 200 ml de jus de fruits rouges par jour pendant cinq semaines. 

C’est à ce régime très peu drastique qu’a été soumis un groupe de Suédois d’une soixantaine d’années, avant que l’on ne compare leurs données biologiques et neurologiques à celles d’un autre groupe contrôle, buvant une boisson à base d’eau et de sucre (quantité de sucre et pH similaires au jus de fruits rouge). Le but : déterminer le pouvoir des polyphénols contenus dans les fruits rouges sur la cognition et sur certains marqueurs du syndrome métabolique et du risque cardio-vasculaire (taux de triglycérides, de LDL-cholestérol et de protéines inflammatoires, mais aussi glycémie et résistance à l’insuline). Pour ne pas fausser les résultats, les participants n’ont pas consommé d’autres fruits rouges, d’alcool, d’aliments riches en fibres pendant cinq semaines, ni pris de probiotiques ou d’antibiotiques.​​​​​​

Cassis, Ribes nigrum.

Cassis, Ribes nigrum.

Les indiscutables bienfaits des fruits rouges

Entre le premier et le dernier jour de l’étude, le taux de LDL-cholestérol et la glycémie des buveurs de jus de fruits rouges ont significativement diminué. Leur résistance à l’insuline a également baissé de manière notable. À l’inverse, les participants du groupe contrôle ont vu leurs mêmes paramètres augmenter. D’où l’on conclut que les composants des fruits rouges (probablement les anthocyanes) ont de réels effets contre les symptômes du syndrome métabolique, et que la consommation de glucides seuls (eau sucrée) comporte, elle, des risques de les augmenter.

 

Côté cognition, on savait déjà qu’hyperglycémie et résistance à l’insuline ne faisaient pas bon ménage – l’excès de glucose mène à la formation de protéines glyquées, qui détruisent progressivement les vaisseaux et altèrent la barrière hémato-encéphalique (qui isole le cerveau du reste de la circulation sanguine et permet ainsi de limiter les infections cérébrales). La résistance à l’insuline, en lien avec des hyperglycémies chroniques, augmente en outre le risque de dégénérescence neuronale. En effet, l’enzyme dégradant l’insuline – Insulin Degrading Enzyme (IDE) – dégrade aussi la protéine beta-amyloïde, responsable de la formation de « plaques séniles » dans le cerveau. Lorsqu’il y a résistance à l’insuline, donc surproduction d’insuline, l’IDE est débordée et délaisse son travail de « nettoyage cérébral »… Le contrôle de la glycémie est donc très important pour limiter l’altération cognitive, et les fruits rouges y participent. Il a été montré durant cette étude qu’une simple cure de cinq semaines avait généré chez les consommateurs de fruits rouges une amélioration de leur mémoire à court terme et de leur attention sélective. Et d’autres travaux (cf. références ci-dessous) ont montré que les anthocyanes pouvaient également améliorer la mémoire spatiale et l’apprentissage. Alors, s’ils sont aussi bons pour la santé cardio-vasculaire et pour le cerveau, pourquoi ne pas s’y mettre tout de suite ?

Fraises, Fragaria vesca.

Fraises, Fragaria vesca.

Composer soi-même sa boisson aux fruits rouges

Pour 600 ml de boisson (200 ml à chaque repas), mixer les fruits suivants et y ajouter de l’eau selon vos envies de texture (plus ou moins épaisse) :

-       150 g de myrtilles

-       50 g de cassis

-       50 g de baies de sureaux

-       50 g d’airelles

 

-       50 g de fraises

Notez que tous les fruits rouges foncés contiennent des antioxydants bénéfiques. Vous pouvez donc varier les plaisirs et les proportions selon ce que vous trouvez au marché… ou dans votre congélateur, car l’étude s’est faite avec des fruits surgelés. En effet, le processus surgélation casserait les membranes des cellules, rendant ainsi les polyphénols plus assimilables. Enfin, il est préférable, surtout en cas de diabète ou pré-diabète, de prendre la boisson lors des repas pour éviter un yoyo glycémique.

Variantes

• Pour optimiser l’efficacité de la boisson, vous pouvez ajouter un peu de gingembre (15 g). On le savait déjà, mais une dernière méta-analyse a confirmé l’action bénéfique de cette racine sur la résistance à l’insuline, les taux de triglycérides, de cholestérol total et de LDL-cholestérol.

• Autre option : l’ajout de pastèque. Elle s’associe aussi bien gustativement qu’activement aux fruits rouges, puisqu’elle contient de la L-citrulline qui, transformée en arginine, aide à réduire la résistance à l’insuline.

 

Sureau, Sambucus nigra. Attention! je vous l'ai déjà dit les fruits frais de Sambucus sont laxatifs et purgatifs à haute dose. Donc, prudence dans les jus...

Sureau, Sambucus nigra. Attention! je vous l'ai déjà dit les fruits frais de Sambucus sont laxatifs et purgatifs à haute dose. Donc, prudence dans les jus...

Des propriétés encore à étudier

Les anthocyanes, dont les effets sur la santé ont été exposés, sont des pigments responsables de la couleur mauve des végétaux. Outre les fruits rouges, on en trouve dans l’aubergine, les prunes, les choux rouges… Ils font partie de la famille des polyphénols capables de fixer les ions hydrogènes instables (acteurs principaux du stress oxydatif). Leur particularité : ils se dégradent peu dans l’organisme et parviennent donc, plus que les autres polyphénols, à agir comme antioxydants, hypoglycémiants, hypotriglycéridémiants et hypocholestérolémiants. Ils passent également la barrière hémato-encéphalique, donc peuvent prévenir l’intégrité des cellules du cerveau.

Le pouvoir des anthocyanes ne s’arrête pas là : ils favoriseraient le développement de certaines bonnes bactéries intestinales (Bifidobacteriums et Lactobacillus) et la diminution d’autres, moins bonnes (Helicobacter pylori – souvent impliquée dans les inflammations gastriques – et Escherichia coli). Cette modulation du microbiote améliorerait indirectement l’absorption et l’utilisation des polyphénols.

Enfin, d’autres types de polyphénols auraient des effets plus précis sur les neurones : le resvératrol, contenu dans le raisin rouge, et le punicalagine, dans la peau de grenade et les jus obtenus après pression de tout le fruit (dont la peau), passent la barrière hémato-encéphalique, mais cette fois-ci pour agir directement sur l’inflammation des neurones : ils inhiberaient l’action d’un facteur à l’origine de l’inflammation. Leurs applications dans la prévention de la maladie d’Alzheimer seraient prometteuses.

 

Myrtille, Vaccinium myrtillus.

Myrtille, Vaccinium myrtillus.

Attention!

Les fruits doivent être d'origine biologique ou, mieux, du jardin ou récoltés sur des sites loin de la pollution.

Lire la suite

La théorie des signatures

31 Mars 2020 , Rédigé par Aimji Publié dans #Il faut savoir

Un bel exemple que celui de la chélidoine. Le latex jaune rappelle la couleur de la bile.

Un bel exemple que celui de la chélidoine. Le latex jaune rappelle la couleur de la bile.

La théorie des signatures ou principe de signature...

Je l'évoque quelquefois lorsque je parle de botanique.

C' est un mode de compréhension du monde dans lequel l'apparence des créatures, principalement des végétaux, est censée révéler leur usage et leur fonction.

Elle s'applique surtout aux plantes médicinales, en vertu de leurs pouvoirs thérapeutiques.

Cette théorie, développée dans l'Occident médiéval et pendant la Renaissance, a été reprise par de nombreux médecins, botanistes et alchimistes.

La figure marquante est le Suisse Paracelse, qui formule le principe « les semblables soignent les semblables » ...

 

Pulmonaire

Pulmonaire

On peut citer plusieurs exemples qui "coïncident" avec l'usage et les propriétés actuelles:

- La chélidoine et son latex jaune qui rappelle la couleur de la bile,

- La pulmonaire et les taches blanches sur ses feuilles qui rappellent les alvéoles pulmonaires,

Et d'autres en image...

 

La sanguisorbe ou pimprenelle. Le nom Sanguisorba, littéralement "qui absorbe le sang". On croyait que ses fleurs rouges indiquaient qu'elle était efficace dans le traitement des hémorragies. La pimprenelle a réellement des propriétés hémostatiques, dues à la présence de tanins en forte concentration dans la racine.

La sanguisorbe ou pimprenelle. Le nom Sanguisorba, littéralement "qui absorbe le sang". On croyait que ses fleurs rouges indiquaient qu'elle était efficace dans le traitement des hémorragies. La pimprenelle a réellement des propriétés hémostatiques, dues à la présence de tanins en forte concentration dans la racine.

La noix, Juglans regia, offre une signature remarquable. Son brou ressemble à la peau du crâne, il soigne le cuir chevelu tandis que les cerneaux qui évoquent les circonvolutions de l'encéphale fortifient le cerveau.
La noix, Juglans regia, offre une signature remarquable. Son brou ressemble à la peau du crâne, il soigne le cuir chevelu tandis que les cerneaux qui évoquent les circonvolutions de l'encéphale fortifient le cerveau.

La noix, Juglans regia, offre une signature remarquable. Son brou ressemble à la peau du crâne, il soigne le cuir chevelu tandis que les cerneaux qui évoquent les circonvolutions de l'encéphale fortifient le cerveau.

Les capsules du pavot (Papaver somniferum) font penser à une tête et peuvent ainsi soigner les affections du cerveau. Bien que le pavot fut onsidéré pendant longtemps comme une plante magique associée à la magie noire, ses propriétés dormitives et sédatives sur le SNC étaient connues depuis la plus haute Antiquité.

Les capsules du pavot (Papaver somniferum) font penser à une tête et peuvent ainsi soigner les affections du cerveau. Bien que le pavot fut onsidéré pendant longtemps comme une plante magique associée à la magie noire, ses propriétés dormitives et sédatives sur le SNC étaient connues depuis la plus haute Antiquité.

Par contre...

de nombreux exemples de signatures conduisent à des impasses.

Toujours en image...

Les tubercukes d'Orchis ressemblent à des testicules (en grec, orchis = testicule), mais n'ont aucun effet aphrodisiaque.

Les tubercukes d'Orchis ressemblent à des testicules (en grec, orchis = testicule), mais n'ont aucun effet aphrodisiaque.

Les feuilles en forme de langue de chien de la cynoglosse (Cynoglossum officinale), n'ont aucun effet sur la rage.

Les feuilles en forme de langue de chien de la cynoglosse (Cynoglossum officinale), n'ont aucun effet sur la rage.

Et pour finir, les fleurs de bleuet des champs (centaurea cyanus), peuvent soulager les irritations des yeux bleus mais aussi des yeux marrons...

Et pour finir, les fleurs de bleuet des champs (centaurea cyanus), peuvent soulager les irritations des yeux bleus mais aussi des yeux marrons...

Lire la suite

Nos désordres...

19 Mars 2020 , Rédigé par Aimji Publié dans #Il faut savoir

Nos désordres...

Le coronavirus se nourrit de nos désordres

L’anthropologue britannique Mary Douglas décrivait en 1966, dans son livre De la souillure, le caractère hors du commun et ambigu de deux animaux, aujourd’hui considérés comme étant probablement à l’origine du virus qui fait trembler toute la planète.

La chauve-souris (oiseau sans plumes) et le pangolin (fourmilier à écailles) incarnent chacun à leur manière dans certaines cultures l’aberration, l’impureté et le chaos.

En bref, ces deux animaux renvoient à une certaine idée du désordre social. Et s’il y a bien quelque chose que la pandémie de coronavirus rend visible et révèle, c’est toute une série de désordres pour lesquels nous portons, collectivement, une lourde responsabilité (...)

Nos désordres...

Une crise de l’hôpital public, contaminé par une vision strictement comptable de la santé, ainsi que des réformes successives, ont mené inexorablement au manque de lits pour les patients (–100 000 en une vingtaine d’années, et -17500 ces six dernières années), de personnel et de matériel en France.

Un article paru dans alternative-santé que vous pourrez lire grâce au lien ci-dessous.

 
Lire la suite

Pas plus tard que vendredi...

18 Février 2020 , Rédigé par Aimji Publié dans #Il faut savoir

Pas plus tard que vendredi...

Pas plus tard que vendredi...

Lors de la conférence, je vous le disais, et je vous l'avais déjà dit lors de celle sur les plantes de la respiration. Et je vous le re-dirais à chaque conférence jusqu'à que ce soit bien ancré dans les mémoires. 

L'exercice physique est indispensable à la santé!

Je ne publie pas toutes les lettres de Gabriel Combris, mais celle-ci vient fort à propos...

Dont acte...

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>