Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Simpl'etsens.over-blog.com

Articles avec #et si c'etait vrai? tag

Contes et légendes

1 Mai 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Et si c'était vrai?

Contes et légendes

Avant propos...

Le druide est un personnage très important de la société celtique, au point qu'il est à la fois ministre du culte, théologien, philosophe, gardien du savoir et de la Sagesse, historien, juriste et aussi conseiller militaire du roi et de la classe guerrière.

Il est en 1er lieu l'intermédiaire entre les dieux et les hommes. Il est chargé de la célébration des cérémonies sacrées et lui seul a le droit de pratiquer les sacrifices. "Nul ne parle avant le roi, mais le roi ne parle pas avant son druide". Court extrait de Wikipedia.

 

Contes et légendes

Mais encore...

"le domaine des plantes médicinales appartient aux druides. Le druide exerce la médecine végétale. Très vaste, ce domaine ne se réduit pas à la connaissance et à l'ordonnance des simples pour soigner, mais englobe tout ce qui est relié au patrimoine végétal: son histoire, la mémoire des propriétés thérapeutiques, la protection des cultures, les préparations et l'administration rituelle des plantes et enfin la mise en état psychologique du malade pour qu'il bénéficie au mieux de tous les soins des druides. Court extrait de "L'herbier secret du Druide" de Pascal Lamour.

Contes et légendes

L'ortie est bien connue pour chasser les esprits, bons et mauvais. On peut en porter sur soi, dans un sachet mais on peut aussi faire des fumigations de plante séchée. Il est de coutume d'en installer sous les lits des malades pour qu'ils recouvrent rapidement la santé.

L'ortie intervient dans de nombreux mélanges pour faciliter la divination, ou dans les rituels de protection des maisons. Les sauts au-dessus des feux d'orties assurent bonheur et fertilité. Les esprits de la foudre, les plus agressifs, ne résistent pas devant l'ortie placée dans la cheminée le 1er jour de mai.

En Bretagne, la coutume est de jeter des orties dans les feux de la Saint-Jean, pour protéger les hommes et le bétail. La veille de la fête, les enfants enjambent des buissons d'orties, dans l'espoir d'attirer le soleil vers la saison brûlante, L'été.

Par ces rites, l'ortie est censée protéger les clans contre la foudre.

Contes et légendes

De nombreuses légendes et contes bretons nous racontent un pacte entre un tailleur et le diable. 

Pour garder son âme, il devra réaliser une couture invisible. Ce que parviennent à faire les fées qui lui vinrent en aide, en prenant des feuilles de plantain, ainsi devenue "l'herbe aux cinq coutures".

Dans l'ordre des revenants, le 1er esprit à réapparaître à la samain (la saison sombre: novembre, décembre, janvier), est celui du tailleur, dans la liste des professions. 

Ce sont les premiers messagers des esprits, les plus difficiles à faire repartir.

Sauvé par les fées et le plantain, voici un esprit qui pourra reprendre son chemin.

Lire la suite

C'est le jour des "Et si c'était vrai?"

27 Mars 2020 , Rédigé par Aimji Publié dans #Et si c'était vrai?

Tourner en rond...

Tourner en rond...

Pourquoi l’épidémie de coronavirus pourrait durer (au moins) jusqu’à l’été:

 

Alors qu’elle semble décliner en Chine, l’épidémie de Covid-19 est encore galopante en Europe. Les scientifiques ne comprennent pas encore, malgré le grand nombre de recherches en cours partout dans le monde, pourquoi la propagation de ce nouveau coronavirus est incomparablement supérieure à celle du Sras de 2002-2003. Est-elle le fruit d’une transmission plus facile d’un porteur asymptomatique à une autre personne ? Ou est-ce parce que le virus survit plus longtemps, aussi bien à l’air libre que dans les organismes ?

 

Une étude menée par des scientifiques des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de Californie et du New Jersey affirme que le virus reste détectable jusqu’à deux à trois jours sur des surfaces en plastique et en acier inoxydable, et jusqu’à 24 heures sur du carton. Mais le fait qu’il reste détectable n’implique pas forcément qu’il soit encore contaminant, cet aspect n’ayant pas encore été investigué. Par précaution, le lavage des mains aussi souvent que possible reste donc de rigueur.

 

Autre voie de transmission prioritaire : les micro-gouttelettes, en suspension dans l’air après expulsion par un porteur qui a toussé ou éternué. Dans ce cas, les chercheurs ont trouvé des traces du virus pendant trois heures dans l’air ambiant, après diffusion à l’aide d’un nébulisateur. Cependant, des experts ont rapidement dénigré ce point, jugeant que l’utilisation d’un tel dispositif ne simulait pas fidèlement les postillons occasionnés par la toux ou l’éternuement. Ainsi disséminé, le coronavirus ne serait en réalité viable que quelques secondes. Ce qui reste tout de même suffisant pour contaminer quelqu’un à courte distance.

 

La suite sur le site de "Alternative Santé"

Lire la suite

La lettre de Gabriel Combris...

27 Mars 2020 , Rédigé par Aimji Publié dans #Et si c'était vrai?

Nos amis pour la vie?

Nos amis pour la vie?

Je vous l'avais bien dit!

Si cela ne devait être fait, après la lecture du livre "Le Mythe de l'ostéoporose", Gabriel Combris vient enfoncer le clou dans sa newsletter.

Quelques extraits et le lien.

Ne grondez pas les savoyardes !

Le rhumatologue Jean-Pierre Poinsignon raconte comment lui-même s’en est rendu compte, grâce à ses…patientes !
 

« Au début de mon activité, explique-t-il, j’ai soigné des haute-savoyardes avec des ostéoporoses sévères, et je les grondais en leur disant « madame, vous n’avez pas dû manger beaucoup de produits laitiers »…

« Ces femmes me regardaient avec des yeux exorbités – « mais Docteur, on n’a fait que ça toute notre vie : des tommes de Savoie, du lait des alpages, etc. »

« Et je me disais… qu’est-ce qui ne fonctionne pas ! On dirait que plus on mange de produits laitiers, plus on a d’ostéoporose ! »

« Et cette idée a fait du chemin dans ma tête, j’ai travaillé et retravaillé la question et maintenant j’ai des réponses qui sont claires… Mais elles ne correspondent pas aux intérêts économiques ».
 
Et puis encore...

Ils nous prennent pour des veaux !

Et évidemment, ce sont les patients qui paient les pots cassés.

La majorité des Occidentaux, en effet, ne digèrent pas correctement le lactose.

Ce glucide est en effet « coupé en deux » par une enzyme intestinale, la lactase, dont le rôle est de permettre au nouveau-né de digérer le lait maternel.

Or, la production de cette enzyme diminue avec naturellement dès que cette période s’achève, rendant difficile la digestion du lait.

D’autant plus que le lait de vache contient plusieurs hormones bovines (insuline, œstrogène) inadaptées au corps humain, ainsi que des « facteurs de croissance » qui pourraient stimuler les cellules cancéreuses.

Un veau nourri au lait de vache passe de 0 à 200 kilos en 6 mois. Les besoins qui sont les siens pour réussir une telle croissance ne sont absolument pas ceux du petit humain.

Pour lire l'article complet, c'est le lien ci-dessous.

 

Lire la suite

Le silence...

1 Mars 2020 , Rédigé par Aimji Publié dans #Et si c'était vrai?

Le silence...

Le silence, 

Une nouvelle thérapie?

Un nouvel art de vivre?

Oui, si l'on en croit la lettre de Gabriel Combris.

Le silence...

Devenez un résistant moderne,

Taisez-vous!

Car dans notre monde consumériste et affairé, bruyant et tourmenté, le silence me semble apporter une indispensable contradiction.

Imaginez que vous êtes dans un bois, seul, sous de grands hêtres, des chênes, des charmes ou des trembles, tous ces arbres dont les feuilles bruissent doucement avec le souffle du vent.

Fermez les yeux. Quelques cris d’oiseaux, quelques craquements d’écorce et bientôt, plus rien qui perturbe le silence.

Et pourtant…ce n’est pas un silence « de mort », un vide lugubre, un de ces instants angoissants où la vie semble avoir été « aspirée ».

Ce qui ressemble à une absence, un vide, est en réalité la manifestation de la plus intense des présences. 


Le silence, c’est le démarrage de la vie.
 « Que deviendra notre monde s’il ne recherche pas des espaces de silence » s’interroge le cardinal ghanéen Robert Sarah, dans un livre entier consacré au silence.


« Le repos intérieur et l’harmonie ne peuvent découler que du silence. Les plus grands mystères du monde naissent et se déploient dans le silence ».


« Un arbre pousse dans le silence, et les sources d’eaux coulent d’abord dans le silence de la terre. Le soleil qui se lève nous réchauffe en silence, étincelant et grandiose. L’extraordinaire est toujours silencieux ».
 

C’est pourquoi, de la même façon qu’à notre corps qui déborde il faut faire parfois le cadeau du jeûne, à notre âme assiégée par le bruit, pensons de temps en temps à offrir le trésor du silence...

La suite ici: https://www.directe-sante.com/pratiquez-vous-cette-etonnante-technique-de-jeune/ 

Lire la suite

La chronobiologie alimentaire...

17 Janvier 2020 , Rédigé par Aimji Publié dans #Et si c'était vrai?

La chronobiologie alimentaire...

La chronobiologie alimentaire, 

C'est quoi?

C'est manger en respectant son horloge interne.

Domaine de recherche en pleine expansion, la chrononutrition étudie l’interaction entre rythmes biologiques (circadien jour/nuit, et saisonnier), nutrition (moment, composition et portions des prises alimentaires) et métabolisme (horloge interne, faim/satiété, activité cellulaire, état de santé). Quels enseignements en tirer pour son alimentation quotidienne ?

La chronobiologie alimentaire, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit de manger certains types d’aliments, donc d’utiliser leurs nutriments, au moment où le corps en a le plus besoin, quand il les assimile le mieux. Cette manière de manger est basée sur l’horloge biologique du corps, son horloge interne, en fonction des différentes sécrétions hormonales et enzymatiques. Cette rythmicité, avec ses pics et ses creux, est une propriété fondamentale de tous les organismes vivants.

La chronobiologie alimentaire n’est autre que mettre en place ou rétablir une bonne rythmicité des repas. Nous devons ce mécanisme à notre patrimoine génétique : les transmissions hormonales et les sécrétions enzymatiques sont programmées de longue date.

La chronobiologie alimentaire ou chrononutrition, dont il est question ici, n’est pas centrée sur l’amaigrissement et les préconisations du Dr Delabos. Elle s’appuie plutôt sur les travaux des Drs Mestre et Rapin, qui montrent à quel point une mauvaise rythmicité alimentaire peut affecter nos modulations métaboliques et entraîner à terme obésité et pathologies associées. Si les deux approches partent de la même théorie, elles se distinguent dans la démarche et la pratique.

Quatre repas sont en effet programmés au cours de la journée, repas qui correspondent aux quatre pics quotidiens de cortisol : le petit-déjeuner, le déjeuner, le goûter et le dîner, soit :

– vers 6-8 h du matin, heure à laquelle le pic de cortisol est le plus important, celui du réveil et du jour (cycle circadien),

– fin de matinée, vers 11 h 30, l’heure où le besoin d’un café – qui mime l’action du cortisol – se fait particulièrement sentir,

– 16 h, l’heure du goûter, de l’envie de grignoter, souvent des aliments sucrés, pour se redonner un peu de tonus avant la fin de la journée,

– 20 h, qui est le pic le plus bas : le cortisol, l’hormone du jour, cède sa place aux hormones de la nuit, mélatonine et hormones de croissance.

 

 

 

La chronobiologie alimentaire...

Suggestions de petit-déjeuner chronobio et régulateurs d'énergie, à tester et à alterner.

Deux petits-déjeuners tout-terrain :

  • Une ou deux tartines de pain de bonne qualité (bio, bis, complet, levain) toasté et tartiné avec, au choix, du (vrai) beurre, de l’huile solide de coco, une ou deux cuillères à soupe de purée d’oléagineux au choix (amandes, noisettes, cacahuètes, etc.), un avocat écrasé et citronné, de la tapenade.
  • Ou un bol de céréales maison : banane écrasée avec un filet de citron, 2 c. à soupe de noix de coco râpée, 2 c. à soupe de flocons (sarrasin, millet, avoine…), 1 c. à soupe de purée d’oléagineux au choix, 2 c. à soupe de graines (lin broyé, courge, tournesol, chia…) ou, pour les plus gourmands, 1 c. à soupe de pépites de chocolat noir (70 %), le tout délayé avec 10 cl. de lait végétal sans sucres ajoutés (millet, amande, avoine…)
  • Mon grain de sel:
  • J'opte pour:
  • Une ou deux, voire trois crêpes au sarrasin tartinées d'huile de coco, une infusion de la saison (en ce moment un mélange de baies de genièvre et clous de girofle) et une compote de fruits.
  • La deuxième version à ma façon: 1/4 avocat remplace la banane (je n'en mange plus), 1 cuillères à soupe de noix de coco râpée, 1 cuillères à soupe de flocons de sarrasin, 1 cuillère à soupe de graines de lin broyées, 1 cuillère à soupe de pépites de chocolat, le tout délayé dans du lait d'amandes. Il va falloir que j'essaie, ça me fait, déjà, saliver...
Article paru dans le journal nº 74 
Lire la suite

Les dangers de l'intelligence

10 Janvier 2020 , Rédigé par Aimji Publié dans #Et si c'était vrai?

Les dangers de l'intelligence

Planter des « médicinales,

Ce n’est pas seulement cultiver des médicaments naturels, aux vertus chaque jour soulignées par les études scientifiques.

C’est devenir le jardinier d’un monde nouveau.

Car celui ou celle qui plante ne plante pas seulement pour lui.

Mais aussi pour la joie des abeilles, des oiseaux, le plaisir de celui qui passe, pour la Nature elle-même à qui nous demandons tellement sans jamais dire merci."

Ce n'est pas moi qui le dit, mais Gabriel Combris dont vous trouverez  la lettre ci-dessous.

Je le rejoins tout à fait!

Lire la suite

La médecine du futur?

18 Décembre 2019 , Rédigé par Aimji Publié dans #Et si c'était vrai?

La médecine du futur?

Je viens de recevoir une newsletter de Gabriel Combris,

Pas vous?

Voici dans le détail ce qu'il dit et ça fait froid dans le dos...

 

La médecine en 2050 : mon pronostic

Chère lectrice, cher lecteur,

Ils se mettent le doigt dans l’œil si profondément que ça me fait mal rien que d’y penser.

« Ils » ?

Les experts en « santé du futur », les « Madame Soleil de la médecine »1.

Ceux qui nous prédisent une santé 3.0 placée sous le signe de la technologie, de l’intelligence artificielle, des robots-soigneurs qui auront quasiment remplacé les médecins.

Il faut voir avec quel ENTHOUSIASME ils ont accueilli l’arrivée des premières cabines de « télémédecine », sorte de « machines à soigner » qui ont été principalement installées dans les régions rurales caractérisées par le manque de médecins, mais aussi aux sièges de grandes entreprises modernes dont les salariés en quête de productivité n’ont pas trois heures à perdre dans une salle d’attente pour soigner un rhume. Mais voici en image la « Consultation » créée par la société Française H4D :
La médecine du futur?

Une journaliste du site internet 20 minutes a eu l’occasion de tester l’appareil et a publié un récit intéressant de son expérience2 :
 

« Un peu déroutant d’abord de rentrer dans cette étroite cabine impersonnelle qui parle ”.

“Première étape : sélectionner la langue choisie, français ou anglais. Puis une voix vous demande de glisser votre carte de sécurité sociale et d’accepter les conditions pour mener cette téléconsultation.”

“Rapidement, un médecin, casque aux oreilles apparaît sur l’écran en face de vous tandis qu’une caméra en hauteur vous filme.”

“En fonction de vos problèmes, le médecin va vous proposer de tester différents instruments, tous connectés à son ordinateur 
»
 
Vous pourrez lire la suite grâce au lien ci-dessous: édifiant!
Lire la suite

Dispensez-vous de mutuelle... (Fin)

18 Septembre 2019 , Rédigé par Aimji Publié dans #Et si c'était vrai?

Dispensez-vous de mutuelle... (Fin)

Famille avec enfants, ayant des frais d'optique et dentaires

Voici un couple de fonctionnaires d'environ 45 ans en activité avec deux enfants mineurs.

À la clé: beaucoup de soins mal couverts par la sécurité sociale (orthodontie pour un enfant, couronne et soins pour un parent, lunettes pour un enfant et un parent...Il attend beaucoup des sa complémentaire santé qui lui coûte 200€ par mois pour des garanties "moyen de gamme".

Pourtant, sur 4110€ non couverts par l'Assurance maladie, l'assureur laisse à sa charge 1433€. Sans compter les 4800€ cotisés sur 2 ans. 

La dépense nette atteint 6233€. Sans mutuelle, le couple aurait eu 4110€ à sa charge après les remboursements de l'Assurance maladie. Soit une économie réalisée de 2123€ (6233-4110), quasiment onze mois de cotisations à leur complémentaire.

L'écart se réduirait-il si on multipliait les soins de santé? Très peu, seule une hospitalisation sans chirurgie durant entre 10 et 30 jours serait très couteuse sans assurance.

Notre conseil: se passer de mutuelle ou opter pour une couverture hospitalisation. 

 

 

Famille avec enfants, ayant des frais d'optique et dentaires

Famille avec enfants, ayant des frais d'optique et dentaires

Femme célibataire opérée à l'hôpital

C'est une femme retraitée, vivant seule, de 66 ans. Sa mutuelle lui coûte 95€ par mois, avec des garanties modérées à renforcées selon les soins. Cette année elle a subi deux hospitalisations successives: la 1ère sans chirurgie, donc mal couverte par la sécurité sociale; la seconde pour une opération de la hanche avec prothèse. Sans oublier les soins annexes et une paire de lunettes renouvelée.

Bonne nouvelle: la sécu a remboursé 73% de ses dépenses, très lourdes du fait des hospitalisations.

Mauvaise nouvelle: sa complémentaire lui a laissé 310€ à sa charge sur le solde. Notre retraitée aura pourtant déboursé 2280€ sur 2 ans pour cette assurance. Pour elle, le coût total se monte à 2590€. 

Sans mutuelle, elle aurait payé de sa poche 1629€.

Résultat: l'économie réalisée sur 2 ans en se passant de complémentaire aurait été de 961€ (2590-1629), ce qui est déjà significatif malgré une hospitalisation mal couverte.

Notre conseil: oser se passer de mutuelle. À défaut, prendre seulement une garantie hospitalisation.

Dispensez-vous de mutuelle... (Fin)
Lire la suite

Dispensez-vous de mutuelle...

17 Septembre 2019 , Rédigé par Aimji Publié dans #Et si c'était vrai?

Dispensez-vous de mutuelle...

Soyez votre propre assureur en alimentant un compte dédié

Reste à vivre sans mutuelle...

Ce qui revient à assumer soi-même tous les frais non remboursés par la sécurité sociale, le fameux reste à charge.

Seule une poignée de Français aurait fait ce choix, soit - de 1% de la population, commencez par résilier votre contrat mais faites comme si vous cotisiez toujours.

Épargnez la somme sur un livret (rémunéré, bien-sûr) dédié à votre santé. Mois après mois, vous allez vous constituer un capital dans lequel vous viendrez puiser pour chacun de vos soins. Et, si vous obtenez des remboursements de la sécu, reversez-les aussi dans cette caisse. Les économies générées vont vite vous surprendre (voir encadré en fin de dossier).

Ce n'est pas tout

Avec le temps, votre approche des soins se transformera. "Depuis que j'ai quitté ma mutuelle, je constate que je me soigne aussi efficacement en renforçant mes aptitudes naturelles et en consultant les médecins à bon escient", témoigne Jeanne, retraitée de 64 ans.

Sachez que si vous changez d'avis, rien ne vous empêchera de souscrire à nouveau une mutuelle, même à un âge avancé. Voilà qui devrait rassurer les plus hésitants.

 

Dispensez-vous de mutuelle...

Décodez un remboursement

Tout part d'un montant défini par l'Assurance Maladie, dit base de remboursement de la sécurité sociale (BRSS) ou tarif de convention, sur lequel sera appliqué un taux de remboursement variant de 15 à 100%. Ainsi, une consultation chez un cardiologue (secteur 1 sans dépassement d'honoraires) sur avis de votre médecin traitant vous coûtera 51€. C'est la BRSS. Le taux de remboursement est de 70%, soit 35,70€. La sécu y retranche une participation forfaitaire de 1€ (sauf pour les mineurs, etc.), remboursant au final 34,70€. Le reste à charge de l'assuré est donc de 16,30€, soit le ticket modérateur (51-35,70) et la participation .

La mutuelle couvre le premier, mais pas la seconde. Point clé: la BRSS sert de référent à la plupart des remboursements des mutuelles. Ici, avec une garantie à 125% du BRSS, le remboursement maximal serait de 28,05€ (125% fois 51 - 35,70) ce qui couvrirait un petit dépassement d'honoraires.

Dispensez-vous de mutuelle...

Couple de retraités avec une consommation médicale importante.

Claude et Michèle ont respectivement 73 et 71 ans. Ils détiennent une complémentaire santé qui, pour des garanties de niveau moyen, leur coûte 180€ par mois. Les visites chez le médecin, avec médicaments et examens sont fréquentes. Sur deux ans, l'Assurance maladie a couvert 50% de leurs dépenses. Mais leur mutuelle ne comble pas la différence, laissant 660€ à la charge du couple.

Maigre résultat pour 4320€ cotisés!

Sans mutuelle, le couple aurait eu 2508€ à sa charge, une dépense deux fois moindre qu'avec une couverture. L'écart se réduirait de manière limitée si le couple avait d'autres soins, même hospitaliers. En réalité, il est rare qu'autant de consultations chez le médecin se reproduisent sans une pathologie prise en charge à 100% par la sécu. 

À contrario, l'écart se creuserait fortement si le couple optait pour une couverture plus étendue, dont le coût atteindrait autour de 240€ par mois. 

Notre conseil:

Se passer de mutuelle. Ou opter pour une couverture minimale (de 100 à 120€ par mois).

À suivre...

Dispensez-vous de mutuelle...
Lire la suite

Dispensez-vous de mutuelle...

15 Septembre 2019 , Rédigé par Aimji Publié dans #Et si c'était vrai?

Dispensez-vous de mutuelle...

Fin de l'article précédent:

Dès lors, que faire?

Surtout ne pas surenchérir en souscrivant un produit haut de gamme ou sur une complémentaire, votre cotisation flamberait. Examinez plutôt la solution inverse: Passez-vous de mutuelle...

Difficile de sauter le cap?

2 alternatives sont possibles:

- La première, mettez sans tarder votre contrat en concurrence, sachant que 500 opérateurs proposent des complémentaires en France. Appuyez-vous sur des comparateurs en ligne (Assurland, Lelynx, Meilleureassurance, Santiane, etc.), détaillez votre profil de soins pour trouver un contrat adapté sans couvertures inutiles. Bref, faites le ménage. "Comparer les offres et ne pas  hésiter à changer de prestataire sont les seules solutions pour faire baisser une note très salée, notamment pour les séniors", confirme Christophe Triquet. Attention, les complémentaires santé sont renouvelées automatiquement chaque année. Pour en changer ne dépassez pas la date butoir (soit la date anniversaire, soit le 1er janvier) en respectant le préavis.

- La deuxième alternative est plus audacieuse: rabattez-vous sur un contrat couvrant uniquement l'hospitalisation, c'est le seul risque qui peut avoir, dans certains cas, des conséquences financières lourdes et imprévisibles. dans l'immense majorité des cas, la sécurité sociale couvre les hospitalisations à 100%, sauf forfait journalier et ticket modérateur de 18€. Mais s'il n'y a pas d'acte chirurgical, elle ne prend en charge que 80% de la note les 30 premiers jours d'hospitalisation (100% en Alsace-Lorraine). ce qui peut vous coûter de 300 à 500€ par jour. La garantie hospitalisation couvre ce risque.

Dispensez-vous de mutuelle...

C'est le choix...

C'est le choix fait par Philippe et sa femme, 55 et 53 ans, sans enfants à charge: "J'ai mis du temps à comprendre que ma complémentaire santé nous était inutile au regard de son prix. Nous avions juste besoin d'une assurance hospitalisation renforcée. Elle nous coûte 38€ par mois, contre 170€ pour l'ancien contrat. Mon couple est à l'abri sur l'essentiel, pour le reste, on s'autofinance". 

Comptez de 20 à 60€ par mois pour une assurance hospitalisation selon votre âge, le nombre de personnes couvertes et l'étendue des garanties (chambre individuelle, dépassements d'honoraires, etc.).

Les assureurs rechignent à vous proposer ce type de contrat?

Allez donc voir du côté d'April, de Cegema, de France Mutuelle ou d'HospiAssur.

À suivre...

Lire la suite
1 2 > >>