Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Simpl'etsens.over-blog.com
Articles récents

Mes gourmands ont testé pour vous...

19 Décembre 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Douceurs du dimanche

Le pavlova

Le pavlova

La ou le pavlova 

Est un dessert à base de meringue ainsi nommé en l'honneur de la ballerine russe Anna Pavlova. Sa spécificité est d'être croustillante à l'extérieur et moelleuse à l'intérieur. La pavlova est généralement nappée de crème fouettée (ou de glace) et recouverte de fruits.

La recette aurait été créée à la suite d'une tournée de la Pavlova en Australie et en Nouvelle-Zélande, dans les années 1920. Entre les deux pays, qui revendiquent chacun son invention, elle constitue une source traditionnelle de dispute. 

Le dessert est très populaire et forme une partie importante de la gastronomie des deux pays, où il est particulièrement associé aux occasions estivales, dont le repas de Noël. 

Je vous offre la recette en images

Ingrédients pour 4 personnes

Meringue

3 blancs d'oeuf, 150 grammes de sucre en poudre, 2 cuillères à soupe de maïzena.

Chantilly

20cl de crème liquide, 50 grammes de sucre.

Garniture

Fruits de saison, coulis, sucre glace.

Préchauffez le four à 120°C. Monter les blancs en neige. La consistance doit être au bec d'oiseau. Quand ils commencent à monter, ajouter le sucre petit à petit puis la maïzena tamisée. Étalez la préparation sur une feuille de papier sulfurisée posée sur une plaque de cuisson.

Préchauffez le four à 120°C. Monter les blancs en neige. La consistance doit être au bec d'oiseau. Quand ils commencent à monter, ajouter le sucre petit à petit puis la maïzena tamisée. Étalez la préparation sur une feuille de papier sulfurisée posée sur une plaque de cuisson.

Décorez les côtés et le dessus à la fourchette. Enfournez à 120°C. pour 1 heure 15. Surveillez. Vous pouvez faire la meringue la veille.
Décorez les côtés et le dessus à la fourchette. Enfournez à 120°C. pour 1 heure 15. Surveillez. Vous pouvez faire la meringue la veille.

Décorez les côtés et le dessus à la fourchette. Enfournez à 120°C. pour 1 heure 15. Surveillez. Vous pouvez faire la meringue la veille.

Juste avant de servir, montez la chantilly, étalez cette crème sur la meringue, répartissez les fruits et décorez avec un coulis.

Juste avant de servir, montez la chantilly, étalez cette crème sur la meringue, répartissez les fruits et décorez avec un coulis.

Il ne reste plus q'à déguster. Bon appétit!

Il ne reste plus q'à déguster. Bon appétit!

Mon grain de sucre

- J'ai disposé la meringue en bloc mais vous pouvez faire de petites tartes individuelles.

- Je l'ai préparée la veille, c'est pour cette raison que je publie aujourd'hui.

- Bien-sûr, il est possible d'utiliser de la chantilly en "bombe".

Je ne connaissais pas ce dessert. Il est vraiment bon.

Lire la suite

Addictions (6)

17 Décembre 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Dossier

Addictions (6)

Le café

Dans le cas du café, on peut parler d'une drogue lorsque l'on en consomme beaucoup, surtout si l'on consomme également du thé, du Red Bull, etc. Mais c'est une drogue avec peu de méfaits.

La caféine est un psychotrope. comme tous les psychotropes, elle agit sur certains récepteurs de notre cerveau. Sa structure est proche de l'adénosine, un neurotransmetteur qui a pour rôle de protéger le cerveau en ralentissant l'activité nerveuse, de manière à nous faire entrer dans un état de somnolence. Ce neurotransmetteur dilate également nos vaisseaux sanguins pour permettre une meilleure oxygénation du cerveau durant le sommeil. Comme la caféine possède une structure similaire à celle de l'adénosine, elle se fixe sur les mêmes récepteurs et empêche l'entrée en veille et en somnolence. Au lieu de ressentir une fatigue progressive, après avoir bu une tasse de café, notre métabolisme s'active et nos vaisseaux sanguins se contractent. Ce phénomène nous tient éveillés et stimule dans le même temps notre production d'adrénaline et de dopamine.

 

Addictions (6)

Si le syndrome de sevrage est réel, le terme d'addiction est abusif. Astrig Nehlig (directrice de recherche à l'INSERM, spécialiste du café), explique que "la dépendance au café n'existe pas" car l'impact du café sur le circuit de récompense n'est pas direct.

En revanche, il existe un phénomène de sevrage réel causé par l'évacuation des toxines qui se manifeste chez 10% de la population par des malaises et des maux de tête. L'importance de son impact social est également à prendre en compte. Le café incarne un message important de convivialité et de partage, en particulier dans le monde de l'entreprise où il est synonyme de "pause" et d'échanges stimulants. C'est un réel élément de partage, dont la signification sociale dépasse souvent la simple volonté de l'"effet boost". La dépendance au café est plutôt comportementale. Réduire sa consommation de café peut être perçu comme un refus de connexion et de partage social, une impolitesse, un isolement. Lors d'un sevrage, il faut bien prendre cette dynamique en compte, en proposant des boissons alternatives ayant la même fonction sociale.

À suivre...

Lire la suite

Sortir!

16 Décembre 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Sorties botaniques

Sortir!

Peu de personnes sont partantes pour une sortie à la journée...

Donc, RDV à 14:00 devant chez-moi, comme d'habitude.

N'oubliez pas vos bâtons et votre cape de pluie.

Si vous avez une loupe, emportez-la en balade.

À demain!

Lire la suite

Addictions (5)

16 Décembre 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Dossier

Addictions (5)

Les médicaments

Près de 4 millions de Français consomment régulièrement des médicaments alors que leur prescription ne devrait pas dépasser quelques semaines. dans certains cas, la consommation est le fait d'une addiction concernant un antalgique (famille de dépresseurs) ou un stimulant.

La dépendance aux médicaments est surtout conditionnée par une dépendance psychique. Comme toute addiction, elle provoque des symptômes de manque et une perte du contrôle comportemental qui pousse à renouveler les prises. La consommation devient alors compulsive, quelles que soient les conséquences, car le sujet cherche à anticiper l'apaisement d'une douleur physique ou psychiqe. sa vie devient ritualisée et rythmée par la prise du médicament. Dans certains cas, comme pour la morphine, la prise induit en plus une phénomène d'accoutumance qui pousse à augmenter le dosage en permanence pour obtenir les mêmes effets.

Les symptômes physiques apparaissent surtout avec les benzodiazépines et les morphiniques lors du sevrage (complet ou partiel). Les benzodiazépines sont surtout utilisées comme anxiolytiques et/ou hypnotiques, parfois également comme relaxants musculaires. leur sevrage peut provoquer des insomnies, de l'anxiété, des contractures et dans certains cas, si le sevrage est trop brutal, déclencher des crises d'épilepsie.

Les morphiniques aussi utilisés comme antalgiques favorisent également la constipation et bloquent les systèmes biologiques du stress. Leur sevrage entraine donc possiblement des diarrhées, un état de stress psychique et physique et des douleurs diffuses.

Addictions (5)

La dépendance psychique induit une altération du fonctionnement neuronal, en particulier au sein du circuit de la récompense. L'absence du médicament produit un manque, un mal-être, une anxiété et peut aller jusqu'à induire une dépression qui pousse à consommer de nouveau.

Cette dépendance comporte aussi une dimension comportementale. sa consommation est ancrée dans certaines habitudes ("réflexe pavlovien") et le médicament dépasse sa fonction première de soin pour être consommé pour le plaisir et/ou le soulagement qu'il provoque. Cet aspect comportemental ritualisé favorise les rechutes, même plusieurs années après l'arrêt du médicament.

Lors d'un sevrage, un accompagnement médical et psychologique est obligatoire pour éviter les complications du sevrage et les rechutes. Le sevrage doit être planifié, idéalement en période favorable. Il peut être plus ou moins rapide, se faire en consultation ou nécessiter une hospitalisation. Tout dépend du ou des médicaments consommés, de leurs doses, des autres consommations et du risque médical.

 

Lire la suite

Addictions (4)

15 Décembre 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Dossier

Cocaïne

Cocaïne

Les drogues...

La majorité des drogues sont des produits illicites étrangers au corps, de la famille des alcaloïdes. On les appelle psychotropes car ils ont un impact sur le système nerveux; Selon le pharmacologue Louis Lewin, il en existe 5 types: les stimulants, les hallucinogènes, les enivrants, les euphorisants et les tranquillisants.

La classification de Thuillier et Pelicier les réduit en 3 groupes.

1 - Les stimulants, qui stimulent le système nerveux et favorisent l'état de veille. Ils apportent un sentiment de contrôle de soi et d'augmentation des facultés, mais sont également à l'origine de grandes fatigues, de dépression importante et de paranoïa. Ils regroupent entre autres, le tabac, la cocaïne, l'ecstasy, le GHB, les amphétamines,,etc.

Champignons hallucinogènes

Champignons hallucinogènes

2 - Les hallucinogènes, qui modifient la perception de la réalité, de l'espace et du temps et déclenchent une hypersensibilité aux sons et aux couleurs. Cependant, le système nerveux s'en trouve irrémédiablement perturbé. Ils regroupent entre autres, le cannabis, le LSD, les colles et solvants, la kétamine, les champignons, etc.

La morphine

La morphine

3 - Les dépresseurs, qui sont eux des inhibiteurs ralentissant le système nerveux. Ils apportent une sensation de rêve et perturbent la vigilance, ce qui peut amener jusqu'à la détresse respiratoire et l'arrêt cardiaque. Ils regroupent entre autres, les alcools, les barbituriques, l'héroïne, les benzodiazépines, les tranquillisants, la morphine, la codéine, etc.

Chacune de ces drogues présente un potentiel de nuisance dans les domaines de l'addiction, de l'intoxication, de l'agression et de la détérioration du métabolisme. L'impact social n'est pas non plus à négliger.

À suivre...

Lire la suite

Sortir!

15 Décembre 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Sorties botaniques

Sortir!

Puisque l'on nous donne le droit de sortir, profitons en pour aller plus loin.

Je vous propose, pour jeudi, une sortie dans les monts du lyonnais. Et, puisque nous aurons le temps, nous pourrions être sur place à 10 heures et sortir le repas du sac.

J'attends vos retours pour vous donner plus de renseignements, à savoir lieu de RDV, kilométrage et dénivelé.

Inscriptions indispensables, soit sur le blog, par mail ou par message.

Bien évidemment, si la météo fait des siennes, nous resterons aux abris!

Lire la suite

Découverte!

15 Décembre 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Billets

Kiwano, chérimole que l'on appelle aussi anone et pitaya que l'on appelle également fruit du dragon..

Kiwano, chérimole que l'on appelle aussi anone et pitaya que l'on appelle également fruit du dragon..

Je sais...

Ce ne sont pas vraiment des produits locaux et la taxe carbone doit en prendre un coup!

Mais, parce qu'il y a un mais, j'ai récolté les graines avec l'intention d'essayer le semis.

Dans cette assiette, kiwano, chérimole et pitaya.

Lire la suite

L'iode

15 Décembre 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Il faut savoir

L'iode

L'iode, symbole chimique I...

... se trouve normalement dans l'eau de boisson en quantité suffisante pour couvrir les besoins (sauf dans les Alpes et le Jura). L'iode est présent en quantité assez importante dans les algues, et en quantité bien plus faible dans le lait, divers légumes frais et secs, les oeufs, les fruits de mer et divers poissons. Il faut retenir que le chou entrave l'assimilation de l'iode.

L'iode est indispensable à la synthèse des hormones thyroïdiennes. Ces hormones augmentent la consommation tissulaire d'oxygène, activent le métabolisme de base et modifient le rythme cardiaque en l'accélérant.

L'iode

La dose quotidienne recommandée est de 0,15mg.

La carence en iode amène une insuffisance thyroïdienne, puisque les hormones thyroïdiennes ne peuvent être synthétisées. On observe un goitre, des troubles du métabolisme et des troubles au niveau des téguments (tissu qui enveloppe un organisme vivant).

L'iode prévient l'artériosclérose (affection des artères). Les personnes âgées doivent avoir une ration suffisante en iode pour conserver des artères souples.

Lire la suite

J'ai testé pour vous...

15 Décembre 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #J'ai testé...

Algues wakamé fraîches

Algues wakamé fraîches

J'ai testé pour vous les algues wakamé

J'aime beaucoup ces algues.

J'en mange au moins 3 fois dans la semaine. Habituellement, je les achète prêtes, assaisonnées, au rayon asiatique.

J'ai décidé de les faire moi-même, je vous donne ma recette en images.

J'ai testé 2 produits: des algues fraiches, conservées dans du sel et des algues sèches à réhydrater, en pensant qu'elles seraient prédécoupées... Mais non...
J'ai testé 2 produits: des algues fraiches, conservées dans du sel et des algues sèches à réhydrater, en pensant qu'elles seraient prédécoupées... Mais non...

J'ai testé 2 produits: des algues fraiches, conservées dans du sel et des algues sèches à réhydrater, en pensant qu'elles seraient prédécoupées... Mais non...

Donc, fraîches ou déshydratées, même résultat, elles sont entières et il faudra faire la découpe vous-même.

Donc, fraîches ou déshydratées, même résultat, elles sont entières et il faudra faire la découpe vous-même.

Mais, avant de les découper, il faudra bien rincer celles conservées dans le sel avant de pouvoir les utiliser. Ensuite, qu'elles soient fraîches ou déshydratée, il faut les laisser 10 minutes dans l'eau très chaude. Puis, les passer dans de l'eau très froide.
Mais, avant de les découper, il faudra bien rincer celles conservées dans le sel avant de pouvoir les utiliser. Ensuite, qu'elles soient fraîches ou déshydratée, il faut les laisser 10 minutes dans l'eau très chaude. Puis, les passer dans de l'eau très froide.

Mais, avant de les découper, il faudra bien rincer celles conservées dans le sel avant de pouvoir les utiliser. Ensuite, qu'elles soient fraîches ou déshydratée, il faut les laisser 10 minutes dans l'eau très chaude. Puis, les passer dans de l'eau très froide.

Vient le moment de les couper. J'ai essayé les ciseaux, le couteau et le robot. Ce qui rend le mieux, à mon avis, c'est le robot. Mais on arrive pas à la régularité de celles que l'on trouve dans le commerce.
Vient le moment de les couper. J'ai essayé les ciseaux, le couteau et le robot. Ce qui rend le mieux, à mon avis, c'est le robot. Mais on arrive pas à la régularité de celles que l'on trouve dans le commerce.
Vient le moment de les couper. J'ai essayé les ciseaux, le couteau et le robot. Ce qui rend le mieux, à mon avis, c'est le robot. Mais on arrive pas à la régularité de celles que l'on trouve dans le commerce.
Vient le moment de les couper. J'ai essayé les ciseaux, le couteau et le robot. Ce qui rend le mieux, à mon avis, c'est le robot. Mais on arrive pas à la régularité de celles que l'on trouve dans le commerce.

Vient le moment de les couper. J'ai essayé les ciseaux, le couteau et le robot. Ce qui rend le mieux, à mon avis, c'est le robot. Mais on arrive pas à la régularité de celles que l'on trouve dans le commerce.

Néanmoins, le résultat est satisfaisant. J'ai fait la sauce suivante: 30ml de vinaigre de riz, 45ml de sauce soja, 15ml d'huile de sésame, 1 lichette de sucre d'agave, graines de sésame pour parsemer et une petite julienne de carotte en plus. Il est possible de mettre une rondelle de gingembre hachée très finement et une pointe de wasabi. Cette sauce est prévue pour 30 grammes d'algues sèches.

Néanmoins, le résultat est satisfaisant. J'ai fait la sauce suivante: 30ml de vinaigre de riz, 45ml de sauce soja, 15ml d'huile de sésame, 1 lichette de sucre d'agave, graines de sésame pour parsemer et une petite julienne de carotte en plus. Il est possible de mettre une rondelle de gingembre hachée très finement et une pointe de wasabi. Cette sauce est prévue pour 30 grammes d'algues sèches.

J'espère que vous aimerez!

Lire la suite

Addictions (3)

13 Décembre 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Dossier

Addictions (3)

L'alcool...

... touche à l'heure actuelle 2 millions de personnes qui en sont dépendantes en France.

L'alcoolisme se caractérise par une perte du contrôle de la consommation quotidienne et un état de dépendance. Il peut être mondain, festif, domestique, professionnel, etc.

sa consommation entraîne une modification du comportement

- modification de l'état de conscience

- diminution des inhibitions et des états d'angoisse

- passivité ou agressivité excessives

- oubli de l'état dépressif et de stress

L'alcoolique est souvent persuadé de passer inaperçu et est souvent dans le déni de sa dépendance. Être alcoolique ne signifie pas être en état d'ivresse permanent. L'alcool pose problème bien avant l'ivresse, ce qui rend sa prévention difficile à réaliser.

 

Addictions (3)

Donner des repères de consommation au quotidien, peut être intéressant, car l'alcool se retrouve très facilement sur la table. La consommation commence à être considérée comme importante à partir de :

- chez l'homme: 3 verres d'alcool par jour maximum(soit 36 grammes d'alcool pur)

- chez la femme: 2 verres d'alcool par jour maximum (soit 24 grammes d'alcool pur).

Les conséquences d'une surconsommation peuvent être des nausées, vomissements et diarrhées, des tremblements du matin dus au manque et une érythrose (visage rouge).

Si la consommation persiste, des problématiques atteignant le foie apparaissent comme la jaunisse, l'hépatite, la cirrhose, etc. Les troubles peuvent également atteindre le système nerveux en causant des dépressions profondes, des amnésies rétrogrades, des crises d'épilepsie, etc.

Voici quelques questions à se poser:

- Est-ce que je bois tous les jours? Est-ce un réflexe?

- Est-ce que je bois seule? Est-ce que je cherche toujours une bonne raison de boire?

- Est-ce que boire m'aide à me sentir mieux?

- Est-ce que je commence à boire de plus en plus tôt dans la journée?

- Est-ce que ma consommation d'alcool m'a déjà fait prendre des risques (black-out, conduite en état d'ivresse, violence, accidents, etc)?

- Est-ce que je tente de cacher aux autres ma consommation d'alcool?

- Est-ce que je peux passer une semaine sans boire?

Si vous avez répondu "oui" à deux ou trois questions,il faut commencer à réfléchir à votre consommation d'alcool. Si il y a plus de réponses positives, il faut en parler à votre médecin.

Addictions (3)

Le vin rouge présente une composition des plus complexe avec environ 250 éléments différents: tanins, vitamines, oligoéléments, mucilages, polyphénols, etc. On connait les nombreuses vertus du vin rouge pour la santé: diminution de la pression artérielle, protection contre les accidents cardiovasculaires, effet anticancer, etc. Il constitue le fameux paradoxe français.

Mais, en dépit de ses nombreuses vertus, le vin rouge est à consommer avec modération et il faut préférer le bio à l'industriel. Les effets délétères d'une consommation excessive sont bien établis. Consommé en excès, c'est un véritable poison alimentaire. C'est le foie qui prends en charge l'élimination de l'alcool, le reste est évacué par les poumons, les reins et la peau.

Addictions (3)

Les effets toxiques de l'alcool concernent principalement

- Le cerveau et le système nerveux: l'alcool vient se fixer sur les neuro-récepteurs, si bien que les messages nerveux ne passent plus normalement: trouble des réflexes, perte de l'équilibre, etc.

- Le foie: la capacité moyenne d'élimination par le foie d'un homme adulte est d'environ 7 grammes d'alcool par heure. sachant qu'un verre contient  10 grammes d'alcool, il faut 1:30 environ pour l'éliminer. On considère généralement que les hommes peuvent métaboliser 3 verres d'alcool per jour et les femmes 2 verres. Au-delà, la prise d'alcool inhibe le fonctionnement correct du foie avec apparition d'atteinte hépatique et de cirrhose. Mais avant d'être éliminé,,l'alcool va produire des métabolites qui acidifient l'organisme.

- Le coeur: l'alcool durcit les vaisseaux sanguins, les veines, les artères,,les capillaires. Les pulsions ne seront plus transmises,l'élasticité sera réduite et les varices et troubles cardiaques apparaîtront plus facilement, ainsi que la couperose et les capillaires à fleur de peau. L'alcool gêne aussi la fixation de l'oxygène sur l'hémoglobine, le sang et les tissus du corps se trouvent donc rapidement sous-oxygénés.

- Le système digestif: plusieurs recherches ont montré que la consommation d'alcool augmente le risque de souffrir d'un cancer de la bouche, de la gorge, du larynx ou de l'oesophage. On soupçonne le contact direct entre l'alcool, les molécules d'éthanol et les cellules qui tapissent ces régions du corps d'être en cause. En effet, l'alcool endommagerait, voire détruirait certaines cellules et pourrait être responsable de cancers.

L'alcool conjugué au tabac multiplie les effets de l'un et de l'autre. 

L'alcool favorise aussi les poches sous les yeux, les rides par diminution de l'élasticité de la peau, mais aussi les accidents circulatoires (hypertension, accident vasculaire cérébral, etc.

À suivre...

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>