Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Simpl'etsens.over-blog.com

Addictions (5)

16 Décembre 2020 , Rédigé par Simpl'etsens Publié dans #Dossier

Addictions (5)

Les médicaments

Près de 4 millions de Français consomment régulièrement des médicaments alors que leur prescription ne devrait pas dépasser quelques semaines. dans certains cas, la consommation est le fait d'une addiction concernant un antalgique (famille de dépresseurs) ou un stimulant.

La dépendance aux médicaments est surtout conditionnée par une dépendance psychique. Comme toute addiction, elle provoque des symptômes de manque et une perte du contrôle comportemental qui pousse à renouveler les prises. La consommation devient alors compulsive, quelles que soient les conséquences, car le sujet cherche à anticiper l'apaisement d'une douleur physique ou psychiqe. sa vie devient ritualisée et rythmée par la prise du médicament. Dans certains cas, comme pour la morphine, la prise induit en plus une phénomène d'accoutumance qui pousse à augmenter le dosage en permanence pour obtenir les mêmes effets.

Les symptômes physiques apparaissent surtout avec les benzodiazépines et les morphiniques lors du sevrage (complet ou partiel). Les benzodiazépines sont surtout utilisées comme anxiolytiques et/ou hypnotiques, parfois également comme relaxants musculaires. leur sevrage peut provoquer des insomnies, de l'anxiété, des contractures et dans certains cas, si le sevrage est trop brutal, déclencher des crises d'épilepsie.

Les morphiniques aussi utilisés comme antalgiques favorisent également la constipation et bloquent les systèmes biologiques du stress. Leur sevrage entraine donc possiblement des diarrhées, un état de stress psychique et physique et des douleurs diffuses.

Addictions (5)

La dépendance psychique induit une altération du fonctionnement neuronal, en particulier au sein du circuit de la récompense. L'absence du médicament produit un manque, un mal-être, une anxiété et peut aller jusqu'à induire une dépression qui pousse à consommer de nouveau.

Cette dépendance comporte aussi une dimension comportementale. sa consommation est ancrée dans certaines habitudes ("réflexe pavlovien") et le médicament dépasse sa fonction première de soin pour être consommé pour le plaisir et/ou le soulagement qu'il provoque. Cet aspect comportemental ritualisé favorise les rechutes, même plusieurs années après l'arrêt du médicament.

Lors d'un sevrage, un accompagnement médical et psychologique est obligatoire pour éviter les complications du sevrage et les rechutes. Le sevrage doit être planifié, idéalement en période favorable. Il peut être plus ou moins rapide, se faire en consultation ou nécessiter une hospitalisation. Tout dépend du ou des médicaments consommés, de leurs doses, des autres consommations et du risque médical.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article