Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Simpl'etsens.over-blog.com

Tout savoir sur ficaria verna

23 Mars 2020 , Rédigé par Aimji Publié dans #Sentier botanique

Tout savoir sur ficaria verna

Ficaria verna

Depuis quelques temps, on ne voit qu'elle!

Focus sur ce soleil printanier:

La ficaire fausse-renoncule est une vivace de la famille des Ranunculaceae. 

Son nom Ficaire vient du nom latin de la figue "fica" et de "ficus", figuier en raison de la forme et de la couleur de ses tubercules (renflés et quelquefois violet). Verna, signifie printanier.  

 

La Ficaire à de très nombreux noms vernaculaires:

On l'appelle aussi bouton d'or, comme plusieurs espèces de renoncules à fleurs jaunes, mais également "herbe aux hémorroïdes" en référence à ses tubercules qui évoquent les renflements des hémorroïdes, ce qui explique que ces tubercules ont longtemps été employés pour soigner les hémorroïdes en vertu de la théorie des signatures.

Autrefois, on l'appelait aussi petite Chélidoine, petite Scrofulaire car on la croyait capable, tout comme la grande Chélidoine de soigner les verrues et les petites lésions cutanées.

 

 

Mais encore... 

Épinard des bûcherons, herbe du siège, pot au beurre, Et j'en passe...

 

 

Tout savoir sur ficaria verna

Plus drôle

La forme des petits bulbilles et surtout des petits tubercules vaut à la plante de s'appeler au XVIème siècle « testicules de coq » en Hollande, « couilles de chat » en Yougoslavie et « couilles de prêtre » dans plusieurs régions françaises et italiennes. Cette image grivoise fait référence à l'abstinence des prêtres qui était supposée avoir une influence sur la taille de leurs testicules…

 

En Allemagne, on l'appelle "Scharbockskraut", littéralement « herbe au scorbut», par l'utilisation qu'on en faisait contre cette maladie et pendant les disettes, à cause de sa richesse en vitamine C.

 

 

Tout savoir sur ficaria verna

La floraison éphémère a lieu entre février et mai, mais avec le réchauffement climatique, elle se décale en janvier, la Ficaire, printanière précoce, devenant une fleur hivernale. Son apparition dans le paysage est considéré par beaucoup comme un signe avant-coureur du printemps.

 

L’intelligence des plantes…

Les pétales de la corolle ont une surface structurale nanométrique donnant une iridescence: cette surface agit comme un réseau de diffraction qui décompose la lumière blanche (comme le spectre lumineux formé par un prisme ou les irisations à la surface d'un CD) et reflète avant tout les rayons ultraviolets.

 

La Ficaire, comme de nombreuses plantes, n'a pas la capacité génétique et biochimique de produire des pigments dans le spectre bleu à ultraviolet. Elle crée ainsi cette iridescence afin d'attirer les pollinisateurs grâce à un guide à nectar.

 

La plante pratique la nyctinastie : la fleur s'ouvre le matin et se ferme complètement le soir ; elle fait de même par temps humide ou très nuageux. La nyctinastie a un impact positif sur la croissance et un rôle de protection des organes reproducteurs (contre le froid et l'humidité) mais elle peut aussi jouer un rôle de défense contre les herbivores la nuit, sachant que les principaux consommateurs de ces fleurs, les limaces et les chevreuils, sont surtout actifs de nuit.

 

La pollinisation est entomogame, assurée principalement par les mouches (dont des syrphes), puis des abeilles domestiques et des petits scarabées noirs.

 

 

Elaïosome de graine de violette

Elaïosome de graine de violette

Les graines sont pourvues d'une excroissance, l'élaïosome consommées par les fourmis qui participent à la dissémination et à la germination loin de la plante-mère c’est la myrmécochorie.

 

 La Ficaire peut faire office de plante bio indicatrice, indiquant un engorgement du sol en eau avec une matière organique d’origine principalement végétale qui se décompose mal et le sol s’asphyxie.

 

Toxicité

Les plantes sauvages ne sont pas des produits anodins:

La plante à l'état adulte est toxique en cas d'ingestion crue et potentiellement mortelle pour les animaux de pâturage et d'élevage tels que les chevaux, les bovins et les moutons.

 

Toutes les plantes de la famille des renoncules (Ranunculaceae) contiennent un composé connu sous le nom protoanémonine. Le contact avec les feuilles endommagées ou écrasées de la Ficaire peut provoquer des démangeaisons, des éruptions cutanées ou des cloques sur la peau ou les muqueuses.

L'ingestion de la toxine peut provoquer des nausées, des vomissements, des étourdissements, des spasmes, voire une paralysie. Il a été montré que l'ingestion de ficaire non traitée sous forme de tisane comme remède à des hémorroïdes peut provoquer une hépatite aiguë et une jaunisse qui régresse dès la fin de l'absorption. La racine contient également des composés toxiques, l'acide ficarique et la ficarine.

Cette toxicité explique que la Ficaire est, comme les renoncules, un symbole de danger dans le langage de fleurs. 

 

Vertus médicinales

La ficaire contient des flavonoïdes tels que la quercétine et la rutine qui ont des activités anti-inflammatoires et antioxydantes.

 

Elle a également des propriétés vasoconstrictrices, ce qui lui confère des vertus anti hémorroïdaires , d'où son nom d'herbe aux hémorroïdes.

 

En phytothérapie, on peut proposer un baume à partir de cette plante médicinale. 

 

Riche en vitamine C, la ficaire aurait été utilisée par les bûcherons d'où son nom vernaculaire d'« épinard des bûcherons » et les marins en prévention contre le scorbut en la mélangeant à leur sel.

 

Tromperie

Des fermiers pensaient autrefois se garantir une bonne production laitière en suspendant la racine de ficaire dans les étables : les tubercules ont en effet la forme des tétines des vaches et les fleurs la couleur du bon beurre grâce à leur richesse en pigments caroténoïdes.

 

Avant le développement des techniques analytiques détectant facilement la fraude, une tromperie consistait à colorer le beurre de printemps avec des fleurs de renoncules ou de Ficaire, ce qui pouvait donner lieu à des empoisonnements.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article