Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Simpl'etsens.over-blog.com

Cépages interdits (suite)

10 Février 2020 , Rédigé par Aimji Publié dans #Il faut savoir

Cépages interdits (suite)

Ces quelques conseils, 

autour des problèmes circulatoires ne sont pas suffisants pour répondre à tout, et ce n'est pas pour rien que l'on a cherché depuis longtemps des remèdes dans la nature. Et pendant longtemps les feuilles de vigne ont été employées à des fins médicinales.

Il s'agissait de feuilles "ordinaires" sans précision de cépages. L'usage remonte au moins au XVII siècle. Cette feuille était indiquée par voie orale sous forme de décoction ou de suc et d'ailleurs pour plusieurs usages très différents: diarrhée chronique, hémorragie utérine, et puis, devenue classique remède de la ménopause!!!

L'intérêt actuel pour cette plante va de pair avec les connaissances plus récentes et plus approfondies sur les polyphénols, molécules anti oxydantes et anti-inflammatoires que l'on trouve dans les fruits et légumes, qui sont depuis quelques temps à l'honneur pour les nombreuses propriétés qu'on leur découvre jour après jour.

Cépages interdits (suite)

La feuille de vigne,

Comme tous les éléments de la vigne est un bienfait, mais la feuille de vigne rouge, particulièrement celle des cépages teinturiers, est une drogue médicinale enfin reconnue comme telle. Sa vente en, l'état, est libre depuis 2008.

Les polyphénols constituent 4,6 à 18,9% de la feuille sèche de vigne rouge. Ce sont des flavonoïdes anthocyanosides (0,2 à 0,8%),des flavones de cépages divers dont certains non teinturiers. Des hétérosides de flavonols (ils doivent être au moins de 0,7%, mais sont souvent jusqu'à 3,5%).

On est sûr que c'est parmi cette famille de polyphénols que se trouvent les constituants actifs de cette plante sur la circulation veineuse. Ils représentent donc les principaux marqueurs employés pour standardiser la feuille de vigne rouge. 

On trouve ensuite encore: des acides phénols, des tanins ellagiques (cépages courants), des stibènes identifiés en faible quantité dans un cépage courant, le Cabernet-Sauvignon, des tanins totaux (3,6 à 5,5%).

Pardon pour ce vocabulaire un peu compliqué pour certains d'entre-vous, mais mes collègues herbalistes seront contents de ces précisions.

À suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article