Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Simpl'etsens.over-blog.com

Vous reprendrez bien un peu de...

23 Juillet 2019 , Rédigé par Aimji Publié dans #Botanique

La grande ortie, Urtica dioïca, famille des Urticaceae

La grande ortie, Urtica dioïca, famille des Urticaceae

Vous reprendrez bien un peu d'ortie?

L'ortie?

Inutile de présenter l’ortie. Il en existe 2625 espèces.

Son nom botanique, Urtica, vient du latin uro qui signifie : brûler.

Dans cette famille il y a des herbacées, des arbustes, des arbres et des lianes.

L’ortie aime habiter près des hommes et c’est tant mieux, tant c’est un trésor de la nature.

On peut se poser la question de ce système de défense que sont ses aiguilles urticantes, il aura fallu qu’elle subisse nombre d’attaques pour se métamorphoser et se protéger ainsi. Quand on vit aussi près de l’homme et des herbivores, il faut bien se défendre ! Si nous devions conserver une seule plante ce serait celle-ci. Il est impossible de citer tout ce qu’elle sait faire en si peu de temps : elle soigne les anémies, les saignements, la fatigue, les déminéralisations, les carences en fer, les rhumatismes, etc. Elle est comestible et ses racines sont tinctoriales (elle colore la laine en jaune).

Elle a été tissée comme le chanvre, on a fait, entre autres, des costumes pour les soldats pendant la guerre. Il existe une espèce non urticante. 

Selon les druides : Elle est porteuse de chance, protectrice contre les maléfices des sorciers ou des gens mal intentionnés… La coutume est de jeter des orties dans le feu de la Saint-Jean pour protéger les hommes et le bétail. La veille de la fête, les enfants enjambent des buissons d’orties dans l’espoir d’attirer le soleil vers la saison brûlante, l’été. Par ces rites, l’ortie est censée protéger les clans de la foudre.

 

 

L'ortie fera l'objet d'une prochaine sortie "récolte"

En attendant, 

Comment l'utiliser en images...

Conservée dans un carton, prélever la quantité nécessaire.

Conservée dans un carton, prélever la quantité nécessaire.

Une fois récoltée et séchée, les feuilles ou les racines (elles n'ont pas les mêmes propriétés) sont stockées dans un carton. Sur le carton: une étiquette sur laquelle est noté:

- Le nom latin,

- Le nom vernaculaire,

- La partie récoltée (racines, feuilles),

- Le lieu de récolte,

- La date de récolte.

Des feuilles d'orties, un pilon, un bocal adéquat et des étiquettes.

Des feuilles d'orties, un pilon, un bocal adéquat et des étiquettes.

Je préfère:

- Transformer de petites quantités à la fois.

- Ne pas moudre au moulin à café, je crains d'abimer certains principes actifs à cause de la chaleur.

- Je respecte donc une asepsie rigoureuse, je broie entre mes mains, puis au pilon ou au galet (que je réserve à cet usage), j'enlève les nervures qui seraient un peu coriaces.

je conserve dans un bocal en verre...

je conserve dans un bocal en verre...

Je conserve dans un bocal en verre,

Je mets une étiquette avec le nom vernaculaire, la partie récoltée et la date de la transformation.

Les autres renseignements importants de cueillette sont déjà sur le carton de stockage.

 

Ortie sur salade

Ortie sur salade

On peut en saupoudrer les salades, les légumes, les yaourts et les potages.

Ah, au fait!

En herboristerie vous trouverez les feuilles en poudre au prix de 9€ les 90 grammes...

Et les racines, 6€ les 100 grammes...

Prêts pour une récolte?

"En aucun cas, ce blog ne vous conseille l'automédication. Il se veut juste une source d'informations et un partage de savoirs"

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article